Accueil Droits Un avocat pour le droit de la famille

Un avocat pour le droit de la famille

21/06/2019
Un avocat pour le droit de la famille

Dans les situations familiales préjudiciables telles que la succession, le divorce, violence conjugale, et tout ce qui relève des droits matrimoniaux et patrimoniaux, il est nécessaire de faire appel à un avocat. Ces situations relèvent du droit de la famille. Ainsi, il est nécessaire de faire appel aux compétences d’un avocat spécialisé de cette branche du droit.

Les questions qui relèvent du droit de la famille

Le droit de la famille régit toutes les relations de filiation, d’alliance ou de parenté, au sein des membres de la famille. Il relève de ce fait du droit civil. Les liens d’alliance concernent en l’occurrence les procédures de divorce, le concubinage, l’adultère ou la violence conjugale. Les liens de filiation quant à eux retiennent généralement la succession, les liens de parentés, l’adoption, le droit des grands-parents etc. Ces questions relèvent du juge aux affaires familiales. Le recours à un avocat est généralement obligatoire et vivement recommandé. Les affaires de divorce, de filiation ou de succession relevant du tribunal de grande instance, requièrent impérativement la présence d’un avocat. Toutefois, dans certaines affaires, à savoir le concubinage, la conclusion ou la résiliation d’un PACS, l’appel à un avocat est facultatif. Par ailleurs, l’assistance d’un avocat est recommandée pour les affaires complexes. Si besoin d'informations sur un avocat sont, des annuaires ou liste de professionnels, des plates-formes juridiques sont disponibles en ligne.

Des compétences élargies de l’avocat

Les questions juridiques ne sont pas accessibles à la connaissance de tous. L’avis et l’assistance d’un professionnel favorisent la réussite de l’affaire. Ceci concerne notamment les procédures civiles et les démarches administratives. L’avocat endosse à cet effet les rôles et les compétences suivants. • Rôle de défenseur La première motivation d’un avocat c’est d’assurer la défense des droits et des obligations de ses clients. Il mobilise ainsi ses savoirs faires pour avoir toutes les opportunités de solution. • Connaissance des procédures La loi prévoit clairement des dispositions sur les procédures. L’avocat possède les connaissances des règles de droit et des différents régimes matrimoniaux et patrimoniaux à cet effet. Les affaires juridiques n’emmènent pas forcément à la saisine d’un juge, parfois, un règlement à l’amiable ou par médiation suffit pour désamorcer le problème. Au cas où l’affaire est portée devant un tribunal, la tenue du plaidoyer est assurée par l’avocat. Le professionnel connaît toutes les tactiques. Il est habitué et connaît parfois les interlocuteurs. • Rôle de conseiller Les compétences de l’avocat ne se limitent cependant pas qu’aux questions techniques. Les relations familiales sont parfois des sujets sensibles. Il se tient alors à l’écoute et met en œuvre tous les moyens pour répondre aux attentes de son client. Il rassure celui-ci face aux angoisses liées au sort de sa vie de famille. L’affront du juge aux affaires familiales n’est pas une chose aisée. Il ne se limite pas ainsi à l’accompagnement juridique, il se tient aussi comme un accompagnateur moral. Par exemple, dans un mariage, il pourra conseiller sur le régime matrimonial ou la rédaction du contrat de mariage. • Règlement des procédures administratives Les paperasses, la constitution des dossiers, cela peut prendre un temps fou. Dans les affaires complexes, l’avocat pousse ses investigations sur toutes les informations utiles. Il entre dans son rôle d’enquêteur. Il s’agit par exemple de la recherche de preuve, la décortication des documents financiers, les interrogations, etc. En définitive, l’assistance d’un avocat augmente considérablement les chances de gagner l’affaire.

Comment choisir un avocat pour le droit de la famille ?

De bouche-à-oreille, par recommandations, sur les annuaires d’avocat, on peut toujours trouver un bon avocat. Le plus important, c’est de choisir une personne avec qui l’on est à l’aise pour parler des sujets sensibles. • Le recours à un avocat généraliste Un avocat généraliste peut comprendre en théorie tous les domaines juridiques. Pour les affaires qui touchent plusieurs branches (droit pénal, droit de la famille, droit de l’immobilier par exemple), le recours à un avocat généraliste est propice. • Les cas où l’assistance d’un avocat spécialisé en Droit de la famille est exigée Un avocat spécialisé possèdent un certificat de spécialisation obtenue à l’issue d’un an de spécialisation après les études d’avocat. Pour des affaires complexes ou propres au droit de la famille, l’assistance d’un avocat spécialisé est opportune. Cela est indispensable dans toute affaire aboutie à un procès, c’est-à-dire conduisant à la saisine d’un juge aux affaires familiales. L’appel à un avocat est également obligatoire devant un tribunal de grande instance, c’est-à-dire toute affaire de succession, de filiation, la recherche de paternité ou autre portant sur une somme de plus de 10?000 euros. Toutefois, les affaires où la présence d’un avocat spécialisé en droit de la famille est requise sont : toutes les procédures de divorce même par consentement mutuel et les affaires conduites au tribunal de grande instance. Le concubinage, les pensions alimentaires, les PACS, l’autorité parentale ne requièrent pas obligatoirement la présence d’un avocat, même si cela est toujours opportun.

Vous aimerez aussi :